samedi 2 février 2008

McCain : de la rhétorique aux actes ou pourquoi McCain n'est pas conservateur.

Après une succession de soutien prestigieux comme celui de l'ex candidat malheureux Giuliani ou encore celui du gouverneur de Californie Schwarzenegger, McCain se dirige lentement mais sûrement vers la victoire de la nomination républicaine et peut être même celle de la présidence des Etats-Unis. Attirant plus d'indépendants et de démocrates que ses adversaires républicains, McCain transforme le visage du GOP, et froisse par la même occasion bon nombre de conservateurs. Ces derniers ont des réserves quant à ses prises de positions passées jugées trop progressistes.

C'est ainsi qu'il est à l'origine, avec le démocrate Feingold, d'une loi controversée visant à limiter et réguler le financement et la publicité des campagnes politiques.

Fiscalement, McCain s'est opposé aux réductions de taxes de l'administration Bush en 2001 en utilisant une rhétorique progressiste.



Il a également, selon le Club for Growth, soutenu un amendement visant à interdire la réduction des impôts sur les sociétés, un amendement contre la suppression des droits de successions ainsi qu'un autre contre des réductions d'impôts pour les plus aisés. En tant que président du comité au commerce du sénat américain, il a aussi augmenter les taxes sur la cigarette de 282%.

Avec le démocrate dissident Lieberman, McCain a élaboré des mesures restreignant et taxant les acteurs économiques émetteurs de C02 afin de lutter contre le réchauffement climatique.

En matière d'immigration il a élaboré, avec le démocrate Ted Kennedy, le Secure America and Orderly Immigration Act qui ouvre la voie de la naturalisation aux immigrés illégaux.

Toutes ces positions lui valent les foudres d'un grand nombre de conservateurs influents. les néoconservateurs Rush Limbaugh, Michelle Malkin, Laura Ingraham ou encore Ann Coulter voit en McCain un progressiste plus dangereux qu'Hillary Clinton. Coulter a d'ailleurs appellé à voter pour Clinton si McCain remportait la nomination Républicaine :



Selon Malkin, un grand nombre de ses lecteurs n'iront pas voter ou voteront Hilary si McCain est élu :



Certains conservateurs religieux et sociaux comme James Dobson, président de l'association Focus on the Family ou encore le sénateur Rick Santorum sont aussi très inquiets quant à la possible nomination de McCain :



Le conservateur libéral Vic Gold ("press secretary" de Barry Goldwater) déclarait, dans une conférence au Cato institute l'année dernière, qu'il serait pour bénéfique pour le GOP d'éclater en plusieurs factions (Néocons, théocons, libéraux, etc.). Est-on en train d'assister à cet éclatement?