samedi 2 février 2008

McCain : de la rhétorique aux actes ou pourquoi McCain n'est pas conservateur.

Après une succession de soutien prestigieux comme celui de l'ex candidat malheureux Giuliani ou encore celui du gouverneur de Californie Schwarzenegger, McCain se dirige lentement mais sûrement vers la victoire de la nomination républicaine et peut être même celle de la présidence des Etats-Unis. Attirant plus d'indépendants et de démocrates que ses adversaires républicains, McCain transforme le visage du GOP, et froisse par la même occasion bon nombre de conservateurs. Ces derniers ont des réserves quant à ses prises de positions passées jugées trop progressistes.

C'est ainsi qu'il est à l'origine, avec le démocrate Feingold, d'une loi controversée visant à limiter et réguler le financement et la publicité des campagnes politiques.

Fiscalement, McCain s'est opposé aux réductions de taxes de l'administration Bush en 2001 en utilisant une rhétorique progressiste.



Il a également, selon le Club for Growth, soutenu un amendement visant à interdire la réduction des impôts sur les sociétés, un amendement contre la suppression des droits de successions ainsi qu'un autre contre des réductions d'impôts pour les plus aisés. En tant que président du comité au commerce du sénat américain, il a aussi augmenter les taxes sur la cigarette de 282%.

Avec le démocrate dissident Lieberman, McCain a élaboré des mesures restreignant et taxant les acteurs économiques émetteurs de C02 afin de lutter contre le réchauffement climatique.

En matière d'immigration il a élaboré, avec le démocrate Ted Kennedy, le Secure America and Orderly Immigration Act qui ouvre la voie de la naturalisation aux immigrés illégaux.

Toutes ces positions lui valent les foudres d'un grand nombre de conservateurs influents. les néoconservateurs Rush Limbaugh, Michelle Malkin, Laura Ingraham ou encore Ann Coulter voit en McCain un progressiste plus dangereux qu'Hillary Clinton. Coulter a d'ailleurs appellé à voter pour Clinton si McCain remportait la nomination Républicaine :



Selon Malkin, un grand nombre de ses lecteurs n'iront pas voter ou voteront Hilary si McCain est élu :



Certains conservateurs religieux et sociaux comme James Dobson, président de l'association Focus on the Family ou encore le sénateur Rick Santorum sont aussi très inquiets quant à la possible nomination de McCain :



Le conservateur libéral Vic Gold ("press secretary" de Barry Goldwater) déclarait, dans une conférence au Cato institute l'année dernière, qu'il serait pour bénéfique pour le GOP d'éclater en plusieurs factions (Néocons, théocons, libéraux, etc.). Est-on en train d'assister à cet éclatement?

mercredi 30 janvier 2008

McCain trois fois : adjugé, vendu ?

Troisième victoire de John McCain en floride (36%) devant Romney(31%). Giuliani qui misait tout est distancé des deux leaders de cette primaire termine à une distante troisième place avec 14% des votes. Viennent ensuite en quatrième et cinquième position Huckabee (13%) et Ron Paul (3%).

Selon les sondages à la sortie des urnes, McCain bénéficie toujours du soutien des électeurs modérés, indépendants et progressistes. Avec cette troisième victoire McCain prend la tête de la course avec 93 délégués. Ajoutons à cela, le possible retrait de Giuliani de la course et son probable soutien au sénateur de l'Arizona et l'on se demande ce qui pourra arrêter ce dernier. L'hostilité d'un certain nombre d'éminents conservateurs (le Club for growth, le Cato Institute, Rush Limbaugh, Rick Santorum, David Keene, Ann coulter, etc.) envers McCain suffira-t-elle pour entacher l'engouement que suscite le héros de la guerre du Vietnam?

samedi 26 janvier 2008

McCain passe, Thompson trépasse...

C'est ainsi que John McCain remporte (le 19 janvier dernier) triomphalement la Caroline du Sud devant Huckabee. Propulsé au devant de la course avec sa victoire dans l'Iowa, le pasteur baptiste comptait sur la forte proportion de voteurs "évangéliques" pour remporter cette primaire. Cette stratégie n'a visiblement pas fonctionné. En effet, si l'on se réfère aux sondages menés par msnbc à la sortie des urnes, Huckabee ne rassemble que 43% des votes évangéliques, contre 46% dans l'Iowa. Cette défaite éloigne sérieusement l'ex-gouverneur de l'Arkansas de la nomination républicaine.

McCain de son côté, confirme son charisme auprès des indépendants et des démocrates par rapport à ses rivaux républicains. Il pêche néanmoins auprès de la base conservatrice du parti républicain qui dénonce ses prises de positions progressistes. Romney, plus fiscalement conservateur que son rival a donc toujours toutes ses chances.

N'oublions pas le grand perdant de cette primaire, Fred Thompson, qui arrive en troisième position et qui a décidé de se retirer de la course quelques jours plus tard. Longtemps en deuxième position dans les sondages, Thompson n'a pas su décoller pas dans les scores des premières primaires de janvier. On lui reproche d'être paresseux, et de ne pas aimer les longues campagnes à travers les états unis. Enclin à des positions plus libérales que ses principaux rivaux, à l'exception de Ron Paul, Thompson laisse un vivier de voix conservatrices à ces derniers. Il sera donc intéressant de voir mardi, lors de la primaire en floride, comment ces voix se sont réparties.

dimanche 20 janvier 2008

Résultats républicains du nevada

Les résultats de la primaire du Nevada viennent de tomber et c'est Mitt Romney qui remporte haut la main. Ron Paul fait une merveilleuse seconde place devant McCain, Huckabee. Thompson, et Giuliani !!!! Le libéralisme n'a pas dit son dernier mot : GO RON GO !!!

mercredi 16 janvier 2008

Résultats du Michigan

Il est 2h40 GMT et 21h40 ET et Selon les dernieres projections, Romney est le vainqueur de cette primaire. McCain et Huckabee arrivent respectivement en 3e et 4e position. le "dark horse" de la course, Ron Paul est quatrième devant Thompson et Giuliani !

mardi 15 janvier 2008

Primaire républicaine du Michigan et positions néoconservatrices anti-libérales

C'est aujourd'hui au tour de l'état du Michigan de tenir ses primaires. Les démocrates ayant pour la majeure partie décidés de boycotter le scrutin à cause d'un report de la date de la primaire estimé trop tôt, c'est du côté républicain que les projecteurs se tourneront ce soir.
Selon le site RealClearPolitics.com, McCain et Romney seraient dans un mouchoir de poche, loin devant les autres prétendants (Huckabee et Paul respectivement troisième et quatrième) . Romney, grand perdant dans l'Iowa et le New Hampshire, se trouve en mauvaise posture et a besoin d'une victoire pour se relancer, vu son classement dans les primaires à venir.
McCain, quant à lui, revit après sa victoire dans le New Hampshire et se voit à nouveau rêver d'une nomination républicaine.

C'est donc dans l'état des trois plus grandes industries automobiles américaines que les deux "front-runner" mènent une bataille acharnée en mettant l'économie au centre de leurs combats. Ford, GM et Chrysler connaissent des difficultés face à une concurrence étrangère de plus en plus efficace et sont obligés de diminuer et de délocaliser leurs effectifs pour rester compétitif. Même si ces délocalisations créent à court terme des pertes d'emplois, elles en créent de nouveaux plus innovant à long terme. Mais en bon social-démocrate, les néoconservateurs n'hésitent pas à sortir du chapeau des solutions miracles.
C'est ainsi que McCain veut assurer la reconversion des chômeurs en mettant en place un programme fédéral de formation issu d'une réorientation de l'assurance chômage. Etrange pour un candidat qui se veut fiscalement conservateur de financer un programme étatiste des aides sociales, n'est-ce pas? Cela n'engendra-t-il pas plus tard une augmentation de l'assurance chômage ?
Romney joue aussi les libéraux de façade en insistant sur les baisses d'impôts et les vertus du marché libre, mais ne fait pas mieux que sont adversaire. Il propose, en plus d'un programme fédéral de reconversion professionnel, un autre de recherche et développement de 16000 euros! Etrange pour un candidat prônant la restriction des dépenses, n'est-ce pas ?

Une chose est sure, les candidats néoconservateurs sont fidèles aux préceptes de leurs mentors ouvertement hostiles au libéralisme.
N'est-ce pas Irving Kristol, un des fondateurs du mouvement néconservateur, qui a écrit "two cheers for capitalism", véritable manifeste d'un capitalisme régulé?
Sociaux-démocrates, socialistes et sarkozystes français, Réjouissez-vous!!! les Etats-Unis sont à votre écoute!

dimanche 13 janvier 2008

Résultats du New Hampshire

Après une éclatante victoire dans l'Iowa et en dépit d'un engouement croissant des journalistes à son égard, Barack Obama s'incline devant Hillary Clinton dans le New Hampshire. Cette dernière a pu forger sa victoire grâce au vote des femmes, plus nombreuses cette fois-ci à voter pour elle.

Du coté des républicains, l'ordre donné par la plupart des sondages à été respecté :
1. McCain 37%
2. Romney (32%)
3. Huckabee(11%)
4. Giuliani(9%)
5. Paul (8%)
6. Thompson(1%)
McCain repète le scénario de 2000, et confirme sa suprématie dans cet état. Romney digère difficilement sa seconde défaite après avoir été donné grand gagnant dans les sondages tout au long de 2007. Huckabee reste dans la course et se prépare pour la primaire de la caroline du sud où il est donné gagnant. Giuliani attend toujours le super tuesday pour faire surface et Paul se fécilite de jouer dans la cour des grands. Thompson, qui n'a pas fait beaucoup campagne dans le New Hampshire, se réserve pour d'autres échéances.

On s'attend également Mardi dans l'état du Michigan a un duel McCain/Romney. Cette bataille risque d'être décisive pour ce dernier qui est désespérément en quête d'une victoire.

lundi 7 janvier 2008

New Hampshire, votes indépendants et Ron Paul

C'est aujourd'hui que le New Hampshire tient ses primaires. Nous avons d'un côté Barack Obama qui se dirige selon les sondages vers une seconde victoire, et du côté Républicain, c'est McCain qui est en tête. Ces derniers seraient, selon certains commentateurs, les candidats qui attireraient le plus de voteurs indépendants, mais le New Hampshire pourrait leurs réserver quelques surprises!
Si l'on analyse statistiques de l'Iowa Caucus, Ron Paul est le candidat républicain qui a attiré le plus d'indépendants.
Incarnant réellement le changement, Paul souhaite renouer avec la tradition libérale des Etats-Unis du 19e siècle qui s'articule autour d'un gouvernement limité, un marché libre sans interventions et régulations étatiques (ce qui n'est pas le cas aux actuellement), ainsi qu'une rupture avec la politique étrangère impérialiste et interventionniste des Etats-Unis.
Cette rupture, semble déstabiliser les néoconservateurs (majoritaires au sein du parti républicain). En effet, Paul n'a pas été convié au débat de dimanche dernier organisé FoxNews. La chaîne ouvertement néoconservatrice, évoque son éviction du débat par les faibles résultats de Ron Paul dans les sondages nationaux et estime qu'il n'est donc pas un candidat viable.


Dans les faits, Ron Paul est arrivé devant Giuliani dans l'iowa (avec un écart de 6%) alors qu'il a passé moins de temps à faire campagne dans cet état par rapport à l'ancien maire de New York. Paul est aussi le républicain qui a levé le plus de fonds au cours du dernier trimestre de l'année 2007 : plus de 18 millions dont plus de 8 millions en un jour.
Il s'agit donc probablement d'une stratégie délibérée de la part des néoconservateurs afin de contenir l'engouement exponentiel des électeurs à l'égard de Paul.

Espérons que malgré cet épisode, nous assistions quand même ce soir à un nouveau chapitre de la Ron Paul Revolution !


vendredi 4 janvier 2008

Résultats de l'Iowa caucus

Voici à l'heure actuelle les projections du washington post :
1. Mike Huckabee 34%
2. Mitt Romney 25%
3. John McCain 13%
4. Fred Thompson 13%
5. Ron Paul 10%
6. Rudy Giuliani 4%

Huckabee a su concrétiser sa position virtuelle de leader qu'il avait dans les sondages grâce au vote évangéliste. Selon FoxNews, plus de 50% des électeurs républicains qui ont voté dans L'iowa se réclament de la droite religieuse.
Romney est le grand perdant de cette soirée. Après avoir dépenser beaucoup d'énergie et d'argent dans l'Iowa, et mener dans les sondages pendant la majorité de l'année 2007, Romney se fait distancer de 9% par Huckabee. Ce dernier est le petit poucet(financièrement parlant), des républicains.
Thompson reprend du poil de la bête, après des rumeurs d'un possible abandon si son score s'avérait être trop faible.
McCain qui n'a pas vraiment battu campagne dans l'Iowa réalise un score décent et se concentre sur le New Hampshire où il est second dans les sondages.
Rudy Giuliani a préferé modifier sa stratégie et ne pas se focaliser sur les premières primaires mais sur le super tuesday.
Le libéral Ron Paul fait un score honorable et reste dans la course.

Du côté démocrate, c'est la surprise. Barack Obama, le candidat noir américain arrive en première position en surpassant hillary clinton de 9 points! Cette dernière se fait voler la seconde place par l'outsider John Edwards. Selon un certain nombre de commentateurs, ces résultats sont la volonté de changement des américains. changement qui a été au coeur de la campagne d'Obama. Hilary est en effet, pour bon nombre d'américains, l'incarnation de l'establishment washingtonien qui annihile les aspirations ambitieuses du pays.

mercredi 2 janvier 2008

Le candidat républicain : John McCain


Vétéran et ancien prisionnier de guerre, John McCain est considéré aux Etats-Unis comme un véritable héros. Sénateur de l'état de l'Arizona et candidat à la nomination républicaine de 2000, McCain souhaite, cette fois-ci, grâce à son expérience, être le candidat républicain aux présidentielles.

picture source : http://www.flickr.com/photos/hatch1921/




1. Ligne politique
Comme la majeure partie des candidats républicains, McCain se veut le candidat garant des grandes valeurs conservatrices américaines. On le considère néanmoins comme un "électron libre" (maverick en anglais), étant à l'origine d'un certain nombre de lois rédigés en collaboration avec des démocrates.

2. Mœurs
McCain est pour laisser les états se prononcer sur les questions d'avortements et de mariages homosexuels. Il souhaite également faciliter l'adoption.

3. Immigration
McCain veut donner une chance aux immigrés illégaux qui contribuent au développement du pays, de devenir des citoyens américains. il est avec le démocrate Ted Kennedy à l'origine de l'infructueux Secure America and Orderly Immigration Act qui ouvrait la voix de la citoyenneté aux immigrés illégaux.

4. Education
McCain est pour laisser les parents choisir l'école de leurs enfants. Il souhaite diversifier les choix en développant les "charter schools" (école publiques ayant une grande dose d'indépendance pédagogiquement et financièrement) et les chèques éducations, ainsi qu'en réduisant les impôts.

5. Santé
Tout en voulant préserver les programmes medicare et medicaid garantissant des soins gratuits pour les personnes agés et les démunis , McCain souhaite accroître la concurrence des agents privés du secteur et inciter les familles à souscrire à une assurance maladie par des réductions et déductions d'impôts.

6. Economie et Fiscalité
McCain se veut également fiscalement conservateur. Il souhaite réduire affectant les classes moyennes, ainsi que l'impôt sur les sociétés et celui sur les plus values. Il souhaite supprimer les taxes existantes sur internet et les téléphones portables.
en matière budgétaire, McCain veut réduire les dépenses des états-unis en éliminant les projets fédéraux coûteux .
Sur le plan international, McCain approuve les bienfaits de la mondialisation et souhaite réduire les barrières tarifaires des états-unis.
Si ces propositions le place comme le candidat des baisses d'impôts, son passé en tant que sénateur cache beaucoup de faits contradictoires. En effet, Selon le club for growth, McCain s'est opposé aux réductions de taxes de l'administration Bush en 2001. Il a également soutenu un amendement visant à interdire la réduction des impôts sur les sociétés, un amendement contre la suppression des droits de successions ainsi qu'un autre contre des réductions d'impôts pour les plus aisés. En tant que président du comité au commerce du sénat américain, il a aussi augmenter les taxes sur la cigarette de 282%.

7. Terrorisme et guerre en Irak
Favorable à la guerre en Irak, McCain est pour un maintien indéfini des troupes en Irak afin, selon lui, de garantir la stabilité et la prospérité de l'Irak. Il est également à l'origine de nombreux propos radicaux et belliqueux à l'encontre de l'Iran.

Le candidat républicain : Mitt Romney

Ancien Gouverneur du Massachusetts et brillant businessman, Mitt Romney a été, tout au long de l'année 2007, au devant de la scène des débats pour la nomination du candidat républicain pour les présidentielles de 2008. Longtemps en tête dans les sondages dans l'Iowa et le New Hampshire, Romney fait de plus en plus l'objet de nombreuses attaques sur ses positions politiques versatiles.
http://www.flickr.com/photos/somerophoto/

1. Ligne politique
Romney défend une ligne réellement conservatrice, qui selon lui s'organise autour d'un budget équilibré, des réductions impôts, une reconnaissance des valeurs familiales traditionnelles, un système éducatif fort ainsi que des soins de santé à bas coûts. C'est justement cette dernière assertion qui discrédite son authenticité en tant que conservateur.

2. Mœurs
Romney est membre de "l'Église de Jésus-Christ des Saints des Derniers Jours", plus communément appelé "les mormons". Cette religion a, comme en France, une mauvaise réputation auprès de la population. Un certain nombre d'électeurs voit d'ailleurs d'un mauvais œil la nomination d'un mormon en tant que candidat républicain .
Se considérant comme un chrétien à part entière, Romney est contre l'avortement. Il a cependant été longtemps en faveur de celui-ci. On lui reproche d'avoir changé son opinion afin d'avoir un profil plus conservateur.
Romney est également contre le mariage homosexuel. Il a également tenu des propos opposés dans le passé sur l'union civile.
Romney est aussi contre l'abolition de la peine de mort.

3. Immigration
Contre l'immigration illégale, Romney est cependant souvent critiqué sur sa politique d'immigration en tant que gouverneur du Massachusetts.

4. Education
Mitt Romney est pour laisser choisir les parents en ce qui concerne l'école de leurs enfants. C'est ainsi qu'il veut développer les "charter schools", écoles publiques incorporant un dose d'indépendance pédagogique. Il souhaite également faire bénéficier aux parents d'enfants scolarisés de crédits d'impôts.
En dépit de cette politique d'indépendance, Romney veut établir un certain nombre de standards fédéraux, en ce qui concerne l'enseignement de matières générales.

5. Santé
Romney souhaite réitérer son plan de couverture santé universelle implémenté dans le Massachusetts . Ce plan oblige et incite chaque citoyen à souscrire à une assurance maladie (privée). Pour répéter ce programme à l'échelle fédérale, Romney préconise une dérégulation du marché de la santé entravé, selon lui, par des barrières légales, afin d'augmenter la concurrence faire baisser le prix des assurances maladies. Il envisage également de conserver et de moderniser le programme étatique Medicaid qui fournit des soins gratuits aux personnes âgées ou aux personnes aux revenus modestes . C'est donc un compromis public/privé qui est envisagé et qui ne fait pas l'unanimité. Le Cato Institute, un des plus éminent Think Thank libéral, dénonce un plan qui serait similaire à celui d'Hillary Clinton et qui mènerait à une bureaucratisation ainsi qu'à une augmentation considérable des dépenses du gouvernement fédéral.

6. Economie et Fiscalité
Romney est pour la diminution de l'impôt sur les sociétés et de l'impôt sur le revenu des personnes physiques. Il souhaite également supprimer les impôts sur les intérêts, le dividende et les plus-values pour les classes moyennes de la population. il est aussi favorable à une suppression des droits de successions.

7. Terrorisme et guerre en Irak
Favorable à la guerre en Irak, et à celle contre le terrorisme, Romney est en phase avec la politique néoconservatrice dominante au sein du parti républicain.

Le candidat républicain : Mike Huckabee

Pasteur Baptiste et ex-gouverneur de l'état de l'Arkansas, quasiment inconnu au début de l'année 2007, Huckabee est catapulté en l'espace de 6 semaines à la tête des sondages de l'Iowa grâce au soutien de la droite religieuse lors du "Value voters summit" d'octobre 2007.
photo source : http://www.flickr.com/photos/candid/

1. Ligne politique
Huckabee est le représentant de la branche religieuse du parti républicain. Celle-ci met au cœur de son programme les valeurs traditionnelles et judéo-chrétienne de la famille. Elle est Conservatrice sur le mœurs et plutôt progressiste sur les autres sujets. On appelle souvent cette philosophie, le conservatisme social.

2. Mœurs
Etant attaché au valeurs religieuses, Huckabee est favorable à une relation étroite et décomplexée entre l'action politique et la religion. C'est ainsi qu'il défend une interdiction au niveau fédéral de l'avortement, du mariage homosexuel. Il est également opposé à l'abolition peine de mort et au contrôle des armes à feu.

3. Immigration
Contre l'immigration illégale, il est néanmoins un des républicains les plus modérés sur cette question, notamment sur la scolarisation des enfants d'immigrés illégaux.

4. Education

L'éducation a une place importante dans son programme. c'est ainsi qu'il insiste sur un programme fédéral de développement des arts plastiques et de la musique à l'école.

5. Santé
En matière de santé, Huckabee est pour une politique fédérale de prévention, ainsi que pour un "encouragement" des différents acteurs du marché (état, citoyens, prestataires privés) afin de faire baisser le prix des traitements.

6. Economie et Fiscalité
Huckabee se veut, comme tous les républicains, le candidat favorable à des baisses d'impôts. c'est ainsi qu'il est favorable à la "Fair tax". Cette dernière permettrait de remplacer le système fiscal américain actuel (impôts sur le revenu, sur les capitaux, cotisations sociales, etc.) par une TVA fédérale d'environ 20%.
L'ex-gourverneur de l'Arkansas se vante souvent du surplus budgétaire de son état ou des réductions d'impôts entreprises sous sa mandature, mais ce bilan soulève de nombreuses controverses. En effet, Huckabee serait à l'origine de lois augmentant les taxes sur l'essence, le tabac ou internet.
De la même manière, S'il se dit défendre les bienfaits de la mondialisation, il est aussi paradoxalement pour des subventions à l'agriculture.

7. Terrorisme et guerre en Irak
Favorable à la guerre en Irak, et à celle contre le terrorisme, Huckabee est en phase avec la politique néoconservatrice dominante au sein du parti républicain.